Parution des actes du colloque

Les pratiques de l'écrit dans les abbayes cisterciennes

La vitalité des recherches sur l’écrit cistercien ne s’est pas démentie au cours des dernières décennies ; elle s’est illustrée par de nouvelles éditions de sources, une attention accrue portée aux « pancartes » monastiques, documents longtemps réputés spécialité cistercienne, tandis que les chercheurs entretenaient un dialogue fructueux entre les actes de la pratique et les manuscrits de bibliothèques.

Le neuvième centenaire de la fondation de Clairvaux, en 2015, a été l’occasion de soumettre la diversité du monde cistercien au prisme de ses écrits diplomatiques, administratifs et de gestion autour de trois axes de réflexion – la production, la conservation et les manipulations.

De la Normandie à la Lorraine, du Danemark au Portugal, les auteurs explorent les outils de production et de contrôle de la mémoire mis en place dans les monastères d’hommes et de femmes, entre le XIIe et le XVe siècle, au sein d’une même filiation ou en les confrontant à leur environnement proche (actes épiscopaux, fontevristes ou bénédictins). De ce « maquis d’écritures » surgit une variété de documents inédits et de techniques énigmatiques qui interrogent l’existence d’une spécificité cistercienne de l’écrit, la volonté réelle ou supposée d’uniformisation de l’écriture au sein de l’Ordre, la réappropriation des formes et des formules, l’influence des maisons-mères sur leur filles et le poids de l’environnement local auquel chaque monastère doit s’acclimater.

Ouvrage disponible sur demande auprès de la Direction des Archives et du Patrimoine de l’Aube (131 rue Etienne Pédron – 10000 – TROYES ; archpat.aube@aube.fr) au prix de 28 € + 2,45 € de frais de port.

 

Télécharger la table des matières :