Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil > L'atelier pédagogique > Pour travailler en classe > Dossiers thématiques > Templiers, une histoire, notre trésor > Résumé

Anciens palais des comtes de Champagne (Xe/XIe siècle),
actuelle place de la Tour.

C’est là que les templiers champenois ont été emprisonnés
après 1307.

Templiers, une histoire, notre trésor
Résumé

Le 22 mars 1312, la bulle Vox in excelso, promulguée par le pape Clément V au concile de Vienne, supprime l’ordre du Temple fondé en 1118 par le seigneur champenois Hugues de Payns. Deux siècles durant lesquels l’histoire de ces moines-soldats est étroitement liée à celle du comté de Champagne. Dès 1125, le comte Hugues Ier en personne gagne Jérusalem et revêt les habits de l’ordre créé par son vassal. C’est dans la cathédrale de Troyes qu’un concile provincial valide en 1129 la Règle de la pauvre chevalerie du Temple. Simultanément, saint Bernard, abbé de Clairvaux,  prend la plume pour encourager et justifier dans son De laude novae militiae la mission qui incombe aux chevaliers du Christ. Tout au long des XIIe et XIIIe siècles, les comtes et la plupart des lignages de Champagne (Brienne, Joinville, Dampierre, Villehardouin, Chappes, Traînel, etc.) seront de toutes les croisades. Enfin, c’est à l’instigation de Philippe le Bel, le propre époux de la dernière comtesse de champagne, Jeanne de Navarre, que les Templiers sont arrêtés à l’aube du 13 octobre 1307, emprisonnés, jugés et son dernier grand maître finalement condamné au bûcher le 18 mars 1314.

Rejoignez le programme d'annotation collaborative !

… et participez à l’enrichissement des ressources mises à disposition de tous en contribuant au référencement des patronymes présents dans les registres paroissiaux et d’état civil et les listes nominatives des recensements de la population.

Déjà plus de 410 000 patronymes relevés par les membres du Cercle généalogique de l'Aube et les annotateurs bénévoles !


Charte des annotateurs

Mode d'emploi


© Archives départementales de l'Aube - Crédits